Now Reading
Droits de l’homme : 2021, Année internationale de l’élimination du travail des enfants

Droits de l’homme : 2021, Année internationale de l’élimination du travail des enfants

Le travail des enfants a baissé de 38 % ces dix dernières années. Cependant, 152 millions d’enfants sont encore touchés. La pandémie de Covid-19 a considérablement aggravé la situation. Toutefois, il est possible de renverser cette tendance en agissant de façon concertée et de manière décisive, indique l’Organisation internationale du Travail (OIT).

L’OIT, en collaboration avec le partenariat mondial Alliance 8.7 , lance l’Année internationale de l’élimination du travail des enfants afin d’encourager la prise de mesures législatives et de dispositions concrètes pour éradiquer le travail des enfants dans le monde et ainsi aboutir à la réalisation de la cible 8.7  des Objectifs de développement durable (ODD).

La cible 8.7 appelle les États membres à prendre des mesures immédiates et efficaces pour supprimer le travail forcé, à mettre fin à l’esclavage moderne et à la traite des êtres humains, à interdire et à éliminer les pires formes du travail des enfants, y compris le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats et, d’ici à 2025, à mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes.

Le travail des enfants est bien réel pour un enfant sur dix dans le monde

Ces vingt dernières années, près de 100 millions d’enfants ont été retirés du travail des enfants, ramenant leur nombre à 152 millions en 2016 contre 246 millions en 2000.

Le travail des enfants n’a pas sa place dans notre société. En effet, il vole aux enfants leur avenir et perpétue la pauvreté au sein des familles – Guy Ryder, Directeur général de l’OIT

Toutefois, les progrès sont inégaux selon les régions. Près de la moitié des cas de travail des enfants sont recensés en Afrique (72 millions d’enfants), suivie par l’Asie et le Pacifique (62 millions).

70% des enfants qui travaillent le font dans l’agriculture, essentiellement dans l’agriculture vivrière et commerciale, ainsi que dans l’élevage de bétail. Près de la moitié de ces enfants exercent leur activité dans des métiers ou des situations considérés comme dangereux pour leur santé et pour leur vie.

La crise de Covid-19 a augmenté le niveau de pauvreté de ces populations qui étaient déjà vulnérables, et elle pourrait bien entraîner un retour en arrière en matière de progrès accomplis dans la lutte contre le travail des enfants. La fermeture des écoles a également aggravé la situation et plusieurs millions d’enfants travaillent afin de contribuer au revenu familial. La pandémie a aussi rendu les femmes, les hommes et les enfants plus vulnérables aux situations d’exploitation.

« Le travail des enfants n’a pas sa place dans notre société », estime Guy Ryder, Directeur général de l’OIT. « En effet, il vole aux enfants leur avenir et perpétue la pauvreté au sein des familles. Cette année internationale constitue l’occasion pour les gouvernements d’accentuer les efforts afin d’aboutir à l’accomplissement de la cible 8.7 des Objectifs du développement durable en prenant des mesures concrètes afin d’éliminer pour de bon le travail des enfants », a-t-il ajouté.

Conférence mondiale sur le travail des enfants en 2022

L’Année internationale de l’élimination du travail des enfants préparera le terrain à la Cinquième Conférence mondiale sur le travail des enfants qui aura lieu en 2022 en Afrique du Sud.

Ce sera l’occasion pour toutes les parties prenantes de partager leurs expériences et de prendre des engagements complémentaires pour mettre un terme au travail des enfants sous toutes ses formes d’ici 2025, et au travail forcé, à la traite des êtres humains et à l’esclavage moderne d’ici 2030.

Pendant ces 100 ans d’existence, l’OIT a œuvré afin de parvenir à l’abolition du travail des enfants. L’une des premières conventions qu’elle a adoptée était celle portant sur l’âge minimum du travail dans l’industrie.

See Also

L’OIT est partenaire de l’Alliance 8.7, un partenariat mondial ayant pour objectif d’éradiquer à travers le monde le travail forcé, l’esclavage moderne, la traite des êtres humains et le travail des enfants, comme le stipulent les Objectifs de développement durable de 2030.

Un événement virtuel aura lieu le 21 janvier afin de lancer officiellement cette année internationale. Il réunira de nombreux participants, dont Guy Ryder, Directeur général de l’OIT; Henriette Fore, Directrice générale de l’UNICEF; Kailash Satyarthi, Prix Nobel de la Paix; ainsi qu’Amar Lal, activiste et rescapé du travail des enfants.

Pendant toute l’année, une série d’événements permettront aussi de sensibiliser l’opinion à ce fléau.

Le partenariat mondial encourage l’ensemble des parties prenantes au niveau national et régional à identifier des mesures concrètes à prendre d’ici décembre 2021 afin de contribuer à mettre fin au travail des enfants.

 

What's Your Reaction?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0
View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 Continental News. Tous droits réservés.

Scroll To Top